La politique de la chaise

Partons à la découverte de cette brasserie située en Italie dans un petit village à 20 kilomètres environ à l’est d’Alexandrie, au sud du Piémont. Il y souffle un vent de nature et une réelle douceur de vivre.

La brasserie voit le jour en 2006 sous la houlette de son brasseur Riccardo Franzosi. Pourtant, rien ne le destine à ce métier car il est issu d’une famille qui a toujours travaillé autour des métiers du bâtiment. Mais à l’aube de ses 40 ans, il décide de se diriger vers une activité plus en relation avec son art de vivre : prendre son temps autour de la gastronomie, des produits naturels et du terroir.

Une certaine philosophie
Ainsi il invente sa méthode, « metodo cadrega », que l’on peut traduire par la politique de l’attente sur une chaise. Un procédé que beaucoup d’entre vous vont certainement trouver étrange, qui consiste à surveiller les bières vieillies en fût et à décider du moment où la bière arrive à son plein potentiel pour être mise en bouteilles. Il peut ainsi parfois attendre jusqu’à trois ans… La production annuelle a peu évolué depuis la création et se situe toujours aux alentours de 600 hectolitres par an. Quatre personnes travaillent à la brasserie dont deux à plein temps.
Par contre le nombre de barriques a constamment augmenté pour atteindre aujourd’hui une centaine, principalement des barriques françaises en chêne, ayant contenu essentiellement du vin rouge italien Barbera. Le matériel est constitué de cuves de taille modeste d’environ 8 hl. Il est à noter qu’un soin particulier a été apporté aux étiquettes avec des visuels tantôt rustiques, mystiques ou humoristiques. Quant aux bouteilles de 75 cl, elles sont enveloppées à la main dans un papier, ce qui donne un cachet plutôt classieux. Dans une autre cave, Riccardo a même conservé les cuves de ses débuts (plus petites) pour la recherche et la mise au point de nouvelles recettes.

Des bières originales
C’est ici que se distingue notre brasseur. Il a développé bon nombre de recettes autour de produits locaux comme la myrtille qu‘il incorpore dans la Barley Wine Draco (11% alc.vol.), de la fleur de sauge sauvage (salvia sclarea) dans la Rex Grue (6,8 % alc. vol.) ou encore 800 kilos de pêches dans la Quarta Runa (7,2 % alc.vol) pour donner, selon les années, de 1 500 à 2000 litres de bière après trois mois de garde. Bien entendu, il existe une gamme plus classique composée d’une blonde (Runa), base de beaucoup d’autres bières, une ale (Rurale), une Weizen (Weizen rat), la Mac (bière au malt tourbé), la Bran (Old Ale), style anglais assez rare proche d’une Barley Wine mais moins alcoolisée avec 8,5 à 9 % d’alcool

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *